La-vie-en-Poesie

La-vie-en-Poesie

Eolia, fille des vents

petit texte autour d'une métaphore.

 

Eolia, Fille des Vents
 
 

     Je suis un souffle insaisissable dans le calme du matin. Discrète et silencieuse, un peu gênée de me trouver face à ce jour qui me défie.

Je suis la brise voletante et je profite des courants pour prendre force et m'arracher à ce marasme qui m'effraie. Mais l'espérance en l'avenir me fait pousser vers les montagnes un Foehn ardent annonciateur de ce printemps qui ravit mon cœur.

Forte, et poussée par la chaleur de cet été, je suis zéphyr voguant de l'occident vers l'orient. C'est ma passion, aveugle et folle, qui embrase vos forêts. Et c'est ma rage, froide et brutale qui fait croitre le mistral. Le transformant en tramontane quand ma peine me transi.

La saison morte de mon cœur est une bise glaciale qui transperce le manteau de vos regards indifférents.Car quand je souffre de l'absence, les Aquilons se font menaces et vous tremblez devant le souffle redoutable de mes vents!

     Si je suis femme, c'est en entier, de la douceur à la fureur et de la glace à l'incendie. Mes sentiments, mes émotions, soufflent autant que tous les vents, des quatre points, des océans et des montagnes aux vallées.

Et de mon cœur à vos pensées.
 
 


12/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres