La-vie-en-Poesie

La-vie-en-Poesie

Article sans titre

Trac

 

Le souffle suspendu comme avant de sauter

Dans le vide effrayant où mon cœur s’est jeté,

J’attends, frêle éperdue, le verdict fatal.

Ou ma mort, ou ma vie, dépend de ce final.

 

Et c’est à chaque fois la même horrible angoisse.

Le doute noie mon cœur, la peur me paralyse.

Je survis, dépendante de votre analyse,

Pantelante, en apnée, quand l’attente décroisse.

 

Car c’est mon sang, mes heures et tout mon paradis

Que je jette à vos pieds, chaque fois que j’écris.

Et vos avis m’envoient de l’extase au trépas,

Selon que vous aimez, ou que vous n’aimez pas.

 

Et si ce sont des mots, malhabiles, fardés,

Ce n’est pas moins mon âme qui s’y dissimule.

Je suis ce que je dis, je souffre, je trémule,

Et seul votre agrément peut encor me combler.

 

 



06/02/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres