La-vie-en-Poesie

La-vie-en-Poesie

Spleen

Spleen
 

 En ces jours gris et longs où tout me semble triste,
Je laisse errer mon cœur sur mes mornes pensées.
Ma vie est une vague partition soliste
Sans partage, harmonie, ni belles accordées.

 
 Au dehors, et en mon âme, point de lumière.
 Les nuages oppressants étouffent l’envie,
La pluie, comme un rideau, m’isole à sa manière.
 Je suis comme suspendue, entre mort et vie.
 
 Mon regard, blasé de tout, s’attarde parfois
 Sur ta photographie, qui ne m’a pas quittée.
 Mais là encore, sourd à la douleur de l’émoi,
 Mon cœur s’enferme dans sa lourde obscurité.
 
 Plutôt le rien et le néant que la souffrance.
 Cet état lancinant, maladif et latent
Convient à mon humeur, tout comme à ton absence.
C’est dans ces limbes brumeuses que je t’attends.
 

 Et mes yeux se détournent et retournent dehors.
Et mon esprit vidé retourne à son ennui.
La pluie semble m’avoir encore jeté un sort,
J’ai ma mélancolie pour seule compagnie.

 



13/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres